Julien, Level Designer à Ubisoft

Après avoir terminé ses études de Game Design en 2016 à ISART, Julien Metzger a commencé à travailler en freelance sur plusieurs petits projets indé avant de rejoindre Ubisoft. Il nous raconte tout 🙂

 

ISART BLOG : Bonjour Julien, tout d’abord un grand merci pour ta dispo :). Alors…pour commencer l’interview…à quel moment tu t’es dit : « je veux être game designer? »

Certainement la 1ère fois que j’ai vu mon père jouer à Duke Nukem 3D, je devais avoir 6 ou 7 ans. Ce n’est clairement pas le genre de jeu qu’on montre à un enfant, mais ça m’avait vraiment intrigué. J’arrivais à ressentir cette envie de bien faire que les développeurs avaient retranscrite dans le jeu à travers un gameplay simple mais efficace, un level design en avance sur son temps et de nombreux secrets disséminés à travers les niveaux. Il était peut-être un peu tôt pour prendre une décision définitive à ce sujet, mais je savais que j’allais m’orienter vers ce milieu plus tard !

IB : Tu as rejoint Ubisoft récemment, que représente ce studio pour toi?

Un sacré changement dans ma vie. Entre travailler en freelance avec une toute petite équipe et être entouré de plus d’une centaine de personnes dans un gigantesque open-space, ça altère la façon dont on voit son poste. Grâce à Ubisoft, je vais pouvoir engranger énormément d’expérience qui m’aidera pour la suite de ma carrière !

Sur le long terme, me spécialiser dans le Level Design, c’était un peu mon but, donc je suis ultra heureux de pouvoir commencer ma carrière en travaillant sur un type de jeu et un poste qui me tiennent vraiment à cœur. L’ambiance au sein du studio est très cool, et c’est toujours un plaisir de partager avec des collègues de travail investis et passionnés. L’équipe est très sympa et toujours présente en cas de pépins. Et je suis très heureux de revoir des têtes isartiennes au détour d’un couloir, dans les studios !

Crédits photos Ubisoft

IB : Peux-tu nous en dire plus sur ton poste, tes missions?

En tant que Level Designer, j’ai pour mission de créer et intégrer des niveaux de jeu, tout cela en travaillant en étroite collaboration avec les Game Designers, les Level Artists, les Sound Designers et les Testeur QA pour offrir aux joueurs la meilleure expérience possible. En amont, il y a un gros travail de documentation et de recherches pour s’imprégner de l’univers (réel ou imaginaire) dans lequel le jeu se passe.

Au studio, on passe une grande partie du temps à discuter avec les différents membres des autres corps de métier, pour partager ses idées et savoir dans quelle direction on s’oriente. Le projet sur lequel je travaille n’est pas encore annoncé (même en interne), je ne pourrai malheureusement pas en parler. Tout ce que je peux dire, c’est que ça va être vraiment chouette !

IB : Comment as-tu été recruté ?

Julien (à droite) à la Global Game Jam Isart /Amplitude Studios 2016 (event mondial du jeu indé)

J’ai postulé via une annonce passée sur l’AFJV. Le process de recrutement a été un peu long car j’ai dû faire un bon gros test et passer plusieurs entretiens. Etant donné qu’Ubisoft dispose de différents studio réparti à travers le monde, il est également difficile pour les recruteurs d’avoir l’accord de tous les membres de l’équipe.

Je pense que l’attente a été le moment le plus stressant de ma vie. Au final, tout s’est bien passé, et j’ai reçu une réponse positive ! Deux semaines plus tard, je commençais à travailler.

IB : Que retiens-tu de tes études à ISART ?

J’ai appris tellement de choses ! Le plus difficile ce n’est pas de commencer un projet, mais c’est de le terminer, et surtout, de bien le polisher. L’important, c’est de communiquer un maximum avec tous les corps de métier et de partager l’envie de bien faire. Tout cela pour amener le projet à une finalité qui plaira à tous. Au final, les projets développés durant les années d’études à ISART sont un excellent moyen de mettre en pratique ce que l’on a appris durant les cours théorique et les workshops !

Remise de Diplômes 2016 (promo de Julien)

IB : Aurais-tu un bon souvenir/une anecdote à raconter sur tes études à ISART ?

Ma 1ère année de cours était l’un des trucs les plus cool que j’ai pu vivre. Cette joie de rencontrer des gens passionnés, de se dire que j’allais passer mon temps à étudier le monde du jeu vidéo, les premiers exams, les premiers projets, les premiers rush, de beaux souvenirs…

Evidemment, une énorme pensée pour notre projet de fin d’études, Stomp. J’ai passé une année superbe à travailler dessus avec toute l’équipe et c’était clairement le projet le plus chouette sur lequel j’ai eu l’occasion de travailler ! Le jeu nous avait permis de nous rendre au Stunfest pour le présenter et rencontrer des joueurs aguerris ainsi que des professionnels.

Stomp au Milestone Jeu Vidéo 2016

Un peu hors contexte, mais je souhaite bon courage à tous les nouveaux Isartiens qui vont prendre cher avec les nuits blanches et aux dernières années qui présentent leur projet de fin d’études en Juin, battez-vous c’est la dernière ligne droite !