Marc, Character modeler 3D chez Mikros Image

Marc, diplômé en 2016 en Cinéma Animation 3D travaille actuellement à Mikros Image en tant que Character modeler  3D et facial Shaper sur la suite de Gnoméo & Juliet. Et avant cela, il a travaillé sur Despicable me 3!!

Portrait:)

ISART BLOG : Bonjour Marc, merci de répondre à nos questions😊On est curieux…qu’as-tu fait depuis la fin de tes études à ISART ?

J’ai enchaîné directement sur la production de « Moi moche et méchant 3 » à Illumination Mac Guff le lendemain de ma remise de diplôme et je n’ai connu de break qu’à la fin du film. Ce studio représentait mon plus grand challenge quand j’étais à l’école. Mac Guff a popularisé le long métrage français et lui a donné une portée internationale.  J’avais envie de participer à cette aventure. Aujourd’hui je le vois comme une grande opportunité qui m’a donné confiance pour le début de ma carrière.

Despicable me 3 – Crédits Illumination Mac Guff

Puis, j’ai pris deux mois de break après Noël (parce qu’il le fallait) pour ensuite intégrer Mikros Image sur le film Sherlock Gnomes.

IB : Comment se sont passées tes intégrations dans ces studios ?

Dans les deux cas, c’était palpitant d’arriver dans ces studios. Ça y est, j’y étais !! J’étais très enthousiaste et impressionné. On a l’impression d’être un collégien qui rentre au lycée, et d’entrer dans la cour des grands ! J’ai eu la chance d’être entourée par une super équipe, ouverte et communicante.

Notre industrie est petite, nous sommes amenés à nous recroiser tout au long de notre carrière, j’ai donc rencontré beaucoup d’anciens d’ISART des promos 2010, 2012 et 2015 par exemple et cela a considérablement facilité mon intégration.

IB : Comment as-tu réussi à entrer dans ces grands studios ?
En ce qui concerne Mac Guff le parcours a été un long processus. Durant mes études, j’ai commencé à échanger par mail avec une Supervisor d’Illumination. J’ai gardé contact avec elle pendant plus d’un an. Elle était ouverte et intéressée par ce que je faisais, alors, je lui envoyais régulièrement de nouveaux projets et l’informais de mes nouveaux stages. Malgré tout, j’ai accumulé trois refus de la part de Mac Guff… L’idée d’abandonner m’avait traversé l’esprit, mais je n’ai pas lâché et finalement alors que je ne m’y attendais pas, j’ai reçu un coup de téléphone…dans le métro. C’était Mac Guff et quelques jours plus tard j’intégrais l’équipe de DM3. Qu’est-ce que j’étais content !

ISART a aussi une part dans ce processus, tout particulièrement Emmanuelle Aubeau pour avoir été présente, encourageante et réactive dans mes démarches personnelles.

Pour Mikros, je m’étais renseigné de l’avancée des productions et des besoins à travers mon réseau. Encore une fois c’était une question de timing et ça a plutôt bien marché.

IB : Quel est ton poste, quelles sont tes missions chez Mikros Image?

Sherlock Gnomes est la suite de Gnomeo & Juliet – Crédits Touchstone Pictures

Je suis Character modeler. J’interviens en début de production et suis chargé d’effectuer la modélisation des personnages, sur Maya et Zbrush, d’après les modèles 2D fournis par les character Designer. Etre en début de chaine est une responsabilité supplémentaire car notre travail va passer par beaucoup de départements qui travailleront sur les personnages tout au long de la chaine de production. Je suis en lien direct avec les characters Designer (qui sont souvent nos DA) ainsi qu’avec les Riggers et les texturing Artist.

Concrètement, on m’assigne des tâches en fonction des priorités de livraison et en général, je présente l’avancée de mon travail au plus tôt au Lead et en général au DA le lendemain. Cela permet d’avoir des retours constants sur les projets en cours dans l’optique de les valider et de les livrer aux départements suivants.

Et, je suis également facial Shaper, c’est-à-dire que je mets en place une quantité de combinaisons d’expressions (types d’ouverture de bouche, de sourire, de sourcils etc…) contrôlées avec un système développé par le rig. Cela permet de générer les déformations faciales nécessaires aux animateurs. Je suis donc amené un peu plus tard aussi à travailler avec les Animateurs en fonction de leurs premiers retours sur les tests d’animation faciale.

IB : Qu’est-ce qui te plait le plus dans ton poste et te rend fier ?

Je dirais, l’équipe, l’ambiance et la diversité de tâches que je suis amené à faire. Je continue d’apprendre tous les jours et c’est important pour moi.

Pouvoir participer à l’élaboration de projets d’animation, qui auparavant m’ont fait rêver, partager mon travail à travers un film est pour moi une grande fierté. Je mets ma petite pierre à l’édifice. Et ce n’est que le début 😊

IB : Justement, à quel moment t’es-tu dit « je peux/veux en faire mon métier ? »

C’est venu progressivement et tardivement durant mes études supérieures. Je pratiquais le dessin et la sculpture comme des hobbies.

Au départ, j’ai suivi le conseil de mes parents et opté pour des études qui paraissaient plus « sécurisantes » et synonyme de réussite pour eux : l’informatique. Mais ce milieu ne me correspondait pas…

J’ai donc remis en question ma situation, surmonté la réticence de mes parents et décidé de débuter des études de graphismes et de dessins traditionnels.

A cette même époque, je me suis intéressé aux films d’animation. J’ai été sensible à leur montée en puissance, ainsi qu’au monde de l’image en règle générale. J’ai commencé à faire des recherches sur les métiers de ce secteur et sur les écoles présentes en France. J’ai compris que je pouvais renouer avec mes premières amours en m’adaptant au numérique. C’était possible alors je me suis lancé et j’avais cette fois-ci le réel sentiment d’avoir pris la bonne décision. Aujourd’hui, je crois bien que ma famille est fière de moi.

IB : Que retiens-tu de tes études à ISART ?

Remise des diplômes Film 3d MS 2016

D’un point de vue pédagogique, ISART m’a permis d’acquérir et de pousser les connaissances techniques et artistiques. Elle m’a aussi appris à devenir autonome et mis en condition pour intégrer une production avec confiance.

J’ai pu multiplier les expériences professionnelles au cours de mes études qui m’ont permis de me construire un réseau pour être là où j’en suis (stages et contrats pro chez Mikros Image, Unit Image et Illumination Mac Guff).

ISART, c’est aussi une grande aventure intense avec de l’acharnement, des rencontres, des surprises, des échecs, des nuits…et une belle réussite.
Je retiens bien sûr ma classe avec qui j’ai partagé 3 ans de ma vie. Je garde les moments d’entraide, de fun avec l’impression ne pas avoir été qu’une classe, mais une grande famille.

Marc a participé à la réalisation du film de fin d’études « Nez en moins disait Cléopâtre ». Le court-métrage a été nominé 14 fois dans le monde entier dans la catégorie « meilleur film étudiant » (aux USA, en Italie, Chine, Espagne, France…) et a remporté 4 awards à ce jour.