Jouez aux Builders de nos étudiants sur Facebook !

Les étudiants en 1e année de Game Art (GA1), 2e année de Game Design & Programming (GDP2) et de Game Design (GD2) ont eu comme mission cette année la création de jeux de type builder sur Facebook. 

Mission création d’un builder social original

Les jeux “Ikhowë”, “Fiesta Ultima” et “Smoocity” sont des jeux de type Builder Social. Associé pour la plupart au Casual Gaming, la particularité de ce genre de jeu est d’offrir une expérience de jeu profonde et complexe tout en étant accessible à tous. 

Au delà de la réalisation d’un Builder social classique, les étudiants ont eu pour consigne d’imaginer une feature de jeu originale. En plus de créer des univers graphiques attrayants, l’utilisateur doit comprendre immédiatement, clairement le concept et l’intérêt du jeu. « Les game artists peuvent avoir parfois tendance à se concentrer sur des détails graphiques plus secondaires. Il est important pour nous de les pousser à se concentrer en permanence sur les priorités la mise en valeur des features ou de la feature principale du jeu, c’est une vraie priorité. » Stéphane Zinetti, Responsable Pédagogique Game Art

Simulation d’un vrai modèle Free To Play

Ce projet étudiant avait comme objectif pédagogique de sensibiliser les étudiants au modèle Free To Play, secteur clé dans le contexte économique actuel. « A travers ce modèle F2P, les étudiants ont du mettre en place un système de jeu reprenant l’ensemble des codes issus de ce modèle économique (acquisition, rétention, monétisation). » Kévin Foubert, Enseignant Game / Level Design.

Le principal challenge de ce projet a été de permettre aux différents groupes constitués de 13 à 16 personnes de pouvoir communiquer et travailler ensemble afin que les principaux objectifs clés soient remplis (Alpha, Beta, Gold). Les étudiants ont ainsi pu se confronter à une logique de production professionnelle.

“Ikhowë”, “Fiesta Ultima” et “Smoocity” intègrent différents systèmes de monétisation (achat InApp (intégrés), affichages publicitaires, visionnage de vidéos…). « Dans le cadre d’un projet pédagogique, les jeux ne peuvent cependant générés de l’argent, nous avons donc fourni aux étudiants un accès à des services fictifs (fausses régies publicitaires, argent fictif). »  Mathieu Anthoine, Responsable Pédagogique Game Design & Programming. Tout ce système permet aux jeux de simuler un vrai modèle F2P et le recueil de données qui pourront être plus tard analysées par les Game Designer.

Chaque joueur quand il commence à jouer à un des 3 projets bénéficie d’un porte monnaie fictif d’un montant de 70 ISART Points qu’il peut utiliser indifféremment dans les 3 jeux. A chaque achat intégré d’un joueur, le compte bancaire fictif du jeu est également crédité. Chers gamers, à vous de jouer  !

«Ikhowë  » vainqueur du Grand Prix du Jury !

Un jury composé de professionnels a assisté à la présentation des différents jeux réalisés par les étudiants (Mana Cube,Virtuos, Gumi EuropeCelsius OnlineOwlient). Trois des étudiants ayant travaillés sur le jeu répondent aux questions d’ISART Blog. Parole donnée à Rafael (GD2), Guillaume (GDP2), et Robin (GA) !

Quel est le pitch de votre jeu ?

Rafael : « Ikhowë » est un jeu qui permet au joueur de gérer son propre village champignon. Grâce aux bâtiments champignons construits dans son village, il amassera des spores lui permettant d’explorer les régions alentours pour y découvrir tous les secrets et toutes les reliques cachées.

Le jeu s’adresse à tous les joueurs. Les joueurs occasionnels peuvent à leur rythme explorer les régions, faire grandir leur village et leur collection. Il est aussi destiné aux joueurs plus acharnés qui cherchent l’optimisation, la rentabilité, et la complétion.

En quoi « Ikhowë » se distingue-t-il de la concurrence en terme de mécaniques de jeu ? »

Guillaume: La principale originalité du jeu est sa deuxième carte, bien plus grande que la carte du village. Il s’agit avant tout d’éveiller la curiosité du joueur en lui donnant envie de découvrir entièrement le monde d’Ikhowë et toutes les reliques qu’il cache. Je pense qu’un autre point fort de notre jeu est qu’il permet des interactions entre amis facebook, on peut visiter le village de nos amis et également s’entre-aider pour gagner des ressources.

Pourquoi avoir choisi cet univers ? Qu’est-ce qui vous a inspiré (un jeu ou autre) ?

Robin : On cherchait un univers inhabituel et fun, où tout le monde pouvait se retrouver. Après de nombreuses propositions rejetées, l’idée d’un village champignon, gouverné par des pygmées vaudou nous est venu et on a tout de suite accroché. Ça collait parfaitement avec la première ébauche de la special feature, c’était un univers inédit pour nous graphistes, et ça nous donnait beaucoup de liberté sur la forme des bâtiments.

Quelle a été votre plus grande difficulté ?

Rafael : Je dirais que notre plus grande difficulté c’était d’accepter que notre budget temps était limité. Il y a de bonnes idées qui auraient été trop ambitieuses elles ont été mise à l’écart d’office et des jeux de mot merveilleux que les joueurs n’auront pas l’occasion de tester dans cette version.

Robin : Le fait de se tenir à une même charte sur un groupe conséquent était déjà compliqué, mais se débrouiller pour que le jeu ne fasse pas instantanément penser aux Schtroumpf était notre plus gros problème. Au tout début, ayant tout fait pour se détacher de l’univers des petits hommes bleus, on perdait complètement le côté champignon. Ça a vraiment été un combat de tous les instants, pour préserver ce côté champignon tout en gardant notre univers.

Qu’en a pensé le jury ?

Rafael : Je pense qu’il y avait deux points récurrents dans les retours du jury et des enseignants. Premièrement notre groupe de travail et surtout notre capacité à pouvoir oublier nos rôles respectifs et s’investir là où l’on avait besoin de gens. Ensuite principalement sur le niveau de finition du jeu. Ikhowë est assez complet pour le temps de production qui nous était accordé. Je pense que c’est ces deux raisons qui nous ont permis d’avoir le Grand Prix du Jury, ce qui était formidable car il récompensait toute l’équipe.

Que comptez-vous faire par la suite ? Quel avenir pour le jeu ?

Guillaume : Nous avons pas mal de fonctionnalités en stand-by que l’on a prévu d’intégrer par la suite. On a également la possibilité de rajouter facilement du contenu (des nouvelles reliques, une carte d’exploration encore plus grande et donc plus de reliques à découvrir).

Rafael : L’équipe a l’air d’être motivée et nous aimerions pouvoir amener le jeu encore plus loin. La prochaine étape va être de recueillir un maximum de retours et de corriger le jeu autant que possible. Une fois cela fait on pourra aborder le retour de certaines features éliminées dans le développement initial par manque de temps. L’étape finale sera sûrement de déboucher une bouteille de Champomy, voir de Panaché, soyons fous.

Robin : Du côté graphistes, on a des corrections de bâtiments à faire, de nouveaux masques à créer, des peaufinages sur la carte d’exploration, des animations à rajouter… En bref, pas mal de boulot ! Et bien sûr, de futurs ajouts d’assets, selon ce que nos confrères GD et GDP nous demandent !

Pour jouer à Ikhowë :

IKHOWEE_ISART

 

« Smoocity » remporte le prix du Gameplay !

Prenez les commandes de votre colonie fruitière, faites la grandir en produisant des tonnes de fruits et de smoothies ! Restez à la pointe de la technologie en créant de nouvelles espèces de fruits. Faites bon usage de vos ressources afin de faire prospérer votre ville et vous deviendrez peux être la Smoocity ultime !

« Nous sommes assez fiers d’avoir gagné le prix du Gameplay ! Ce prix confirme notre ambition de créer une véritable expérience de jeu. Nous sommes décidés à continuer l’aventure tout d’abords avec un public réduit puis par la suite implémenter de nouvelles mécaniques afin de proposer notre jeu à un éditeur.«  Joseph, GD2

Pour jouer à Smoocity :

«Fiesta Ultima  » remporte les Prix de la Direction Artistique et Technique !

Fiesta Ultima est un city builder free-to-play dans lequel vous incarnez un dieu de la mort stagiaire. Construisez et gérez vos bâtiments, éclatez des piñatas tous les jours et lancez des parades pour créer la ville des morts la plus festive de toutes !

Pour jouer à Fiesta Ultima :

Avis aux Fans et curieux, à vous de jouer !