Eline, Character FX sur « SING »

Eline, promotion 2015 en Cinéma d’Animation 3D est actuellement Character FX sur le film « Sing (Tous en scène) » du studio Illumination Mac Guff sortie prévue pour cet hiver.

ISART Blog : As-tu directement eu ce travail après tes études ?

Après ISART DIGITAL, j’ai pris deux semaines de vacances pour me remettre du rush de fin d’année. Je suis partie en Norvège où j’ai reçu un appel d’Illumination MacGuff. Je leur avais envoyé un CV pendant l’année pour un stage. J’avoue qu’en entendant le nom du studio, j’ai sauté sur l’occasion.

IB : Comment s’est déroulée ton intégration dans ce studio ?

L’intégration s’est très bien passée. Un autre étudiant de ma promotion travaillait déjà dans ce département. De plus, j’ai commencé en même temps qu’un autre étudiant de l’école. J’ai rapidement découvert qu’il y avait beaucoup d’anciens d’ISART DIGITAL dans le studio. J’ai également retrouvé des collègues du studio Mikros Image avec qui j’avais travaillé sur Astérix Le domaine des Dieux pendant ma scolarité. Il y avait donc beaucoup de visages familiers mais également de nouveaux, sympathiques et accueillants pour faciliter mon intégration.
Image_asterix_Eline_blog

Crédit : Astérix et le domaine des Dieux – Mikros Image

IB : Quel est ton quotidien au sein du studio ? Et L’ambiance ?

J’appartiens au département Character FX qui s’occupe des habits et des poils des personnages et parfois des « props ». Ce département se compose de plusieurs spécialités. Les setupers s’occupent de modéliser les habits et de mettre en place le système de base. Je suis avec ceux qui travaillent « au plan », c’est-à-dire, ceux qui simulent les habits & les poils et qui rendent l’ensemble cohérent dans les plans du film. Cette étape vient après l’Animation / Fixing et avant le Lighting.
De part mon expérience en Fixing sur Astérix le domaine des Dieux, on me demande souvent d’aider le département Animation / Fixing. Le Fixing ou Fix Animation est un petit département qui fait la liaison entre les animateurs et la suite de la production. Il s’assure et corrige toutes les petites imperfections et autres erreurs que les animateurs n’ont pas vues.
Je ne saurais dire comment l’ambiance est au sein du studio entier car Illumination MacGuff est une très grande entreprise. Mais concernant le département Caractère FX et Fixing l’ambiance est super ! Il y a un mélange de calme professionnel, d’humour et de fun.
Image_sing_Eline_blog

Crédits : Sing (Tous en scène) – Illumination MacGuff

IB : A quel moment tu t’es dit « Je veux en faire mon métier » ?

J’ai fait un bac S et dans ma famille tout le monde a fait une prépa ingénieur. J’étais destinée à faire de même lorsque finalement je n’en ai pas eu le cœur. Il s’en est suivi une longue quête de « Oh mon dieu, oh mon dieu mais que vais-je devenir ?… ». Bref, ce n’était pas l’histoire du « Je dessine depuis que je suis toute petite, c’est ma passion depuis toujours ! ».
Puis, petit à petit, je me suis dit que quitte à m’éloigner des sentiers battus autant le faire jusqu’au bout et m’amuser. A l’époque, ce qui m’amusait c’était l’illustration et l’animation 2D. Après réflexion, je me suis dit « L’animation 3D ? Juste assez de technique et de débouchés pour être utile si je ne suis pas assez créative ».
Désolée, ce n’est pas une façon très glamour de trouver sa vocation, mais c’est mon interview :p !

IB : Que t’ont apporté tes études à ISART  ?

ISART DIGITAL m’a tout d’abord apporté les connaissances techniques nécessaires à la production d’un film d’animation 3D. Toutes les étapes qui, dans un studio, se traduisent en département ont été regroupées dans la formation. Ainsi je peux me qualifier de généraliste 3D.
La création du court-métrage étudiant a aussi permis de découvrir et de vivre le déroulement de la production d’un film. Toute cette période demande beaucoup de travail, de professionnalisme, de diplomatie, de rigueur, de sang-froid, de persévérance et d’esprit d’équipe. C’est une épreuve qu’il faut réussir et qui vous montre le monde du travail.
Ainsi j’ai acquis la théorie, la pratique, mais également une évolution personnelle. Je savais qu’à la sortie d’ISART DIGITAL, il serait temps pour moi de passer dans le monde du travail. J’étais complètement démunie face à ce dénouement inévitable. Or ISART DIGITAL m’a fourni les outils me donnant de la valeur sur le marché du travail, les informations pour que je ne me lance pas dans cette aventure aveuglément, l’aide nécessaire pour me pousser et m’encourager à me lancer progressivement et la confiance en moi pour que j’arrête de me voir comme l’artiste que personne ne veut.
Image_Eline_etude_blog

IB : Quels conseils pourrais-tu donner aux élèves qui veulent intégrer la formation Cinéma d’Animation 3D ?

Bonjour, Bienvenue ? Bon courage ?… Soyez persévérant et n’arrêtez jamais d’apprendre, de tester, d’expérimenter et de progresser. Ne vous laissez pas décourager par quoi que ce soit et n’abandonnez jamais!

IB : Un bon souvenir à raconter pendant tes études ?

On dit qu’avec le temps tous les souvenirs deviennent bons. C’est vrai, parce que je ne peux m’empêcher de penser à la pire période de ma scolarité : la fin de dernière année. C’était la période du travail acharné, des nerfs à vif et des nuits blanches. C’était intense mais, de ce fait, ça rend tous les petits moments à côté vraiment sympa : Les rayons de soleil et le chant des oiseaux quand tu te réveilles après une nuit de deux heures ou encore le son des guitares pendant que ton rendu bug… Pas de doute, ce rush restera marqué dans ma mémoire au fer rouge !
Image_souvenir_Eline_blog

Retrouvez le film de fin d’études d’Eline : Neila

Crédits Neila:
Cinéma Animation 3D : A. Bellot, L. Desoutter, A. Fernandes, L. Lahaeye, L. Langou, D. Tabar, G. Vezzoli et E. Zhang
Music & Sound Design: C. Anelli, L. Bareil, V. Battaglia, N. De Ferran, M. Ferrieu, E. Meurant et A. Uguen