Vincent, Junior Technical Animator chez MPC Vancouver

Vincent est diplômé en Cinéma d’Animation depuis 2014. Il y a plus d’un an, il a rejoint MPC à Vancouver.

ISART BLOG : Hello Vincent, comment t’est venue l’envie de faire de l’animation 3D ?

Quand j’étais au lycée, il y avait 2 matières qui m’intéressaient : le dessin et les maths. Après le bac, je me suis donc orienté vers une école de dessin.
Ensuite, j’ai voulu intégrer ISART pour compléter ma formation (à l’époque je souhaitais faire de la 2D, plutôt que de la 3D). Au bout de quelques mois (et pas mal de cours sur Maya), je me suis rendu compte que la 3D mélange ma passion pour le dessin (niveau artistique) et mon intérêt pour les maths (niveau technique). C’est à ce moment-là que j’ai compris que je voulais travailler là-dedans. Donc on peut dire que je suis un peu tombé dedans par hasard…. Mais le hasard fait bien les choses 🙂

IB : Quelle est ton expérience professionnelle dans le secteur?

J’ai enchaîné pas mal de stages lors de ma scolarité à ISART. J’ai commencé par un stage dans un petit studio de jeu vidéo où je faisais du design de props 2D. J’ai ensuite rejoint THALES Training et Simulation, pour du storyboard et du montage vidéo pour la showroom. Un stage à Novovision, m’a permis de toucher à Maya pour la première fois dans un cadre professionnel. Lors du stage suivant, j’ai fait mes premier pas dans le monde du 7e art. C’était pour Aparté Prod, je réalisais des « cartons » pour les bandes annonces de films sur after effects (le cast, la date du film, le titre, etc…). Et enfin, pour mon tout dernier stage étudiant, j’ai eu la chance de travailler à Mikros Image sur le film « Astérix et le domaine des Dieux », en tant qu’Animateur fixeur.


Astérix et le domaine des Dieux – Mikros Image

A la sortie de l’école, j’ai rejoint BUF Compagnie. Pour moi, BUF c’était un peu la suite d’ISART. On y apprend énormément et dans tous les domaines !
Cependant je n’y suis pas resté longtemps (1 mois), car très rapidement j’ai été contacté par MPC Vancouver pour faire de la techAnim’ où je suis depuis plus d’un an maintenant.

IB : Comment as-tu rejoint MPC Vancouver ?

J’ai rejoint MPC Vancouver un peu par chance et un peu par persévérance (avoir eu le visa Working Holiday a beaucoup aidé). L’été après ISART, j’ai envoyé mon CV et Demoreel à énormément de studios de VFX (tous les jours pendant plus d’un mois, j’envoyais 4 ou 5 candidatures), que ce soit en France, en Angleterre ou au Canada. C’était un moment assez difficile à passer, car quand on ne reçoit aucune réponse, on a tendance à se décourager… Finalement, j’ai reçu en l’espace de quelques semaines une réponse de BUF Montréal puis MPC Vancouver. Préférant les logiciels utilisés par MPC et souhaitant m’immerger dans un milieu anglophone, me voilà donc à Vancouver 🙂

Untitled-2
MPC Vancouver

IB : Quel est ton quotidien au sein du studio ?

Depuis mon arrivé à MPC, j’ai eu l’occasion de travailler sur « Goosebumps », « Monster Trucks », « Batman V Superman », « The finest Hour », « Zoolander 2 », « Suicide Squad ». En ce moment je travaille sur « Ghostbuster ».
En techAnim (aussi appelé creature FX (ou CFX) dans certains studios), nous intervenons juste après l’animation. Il s’agit de régler toutes les pénétrations laissées par les animateurs. Puis suivant le personnage, lancer des simulations de cloth (vêtements) et/ou lancer les simulations de fur (poils, fourrure).
En général, un senior est chargé de créer les Asset pour que l’autre artiste puisse lancer les simulations shot par shot. Sur « Ghostbuster », j’ai la chance de m’occuper du cloth de quelques petits Assets.


Goosebumps – MPC

IB : Quelle est l’ambiance au sein du studio ?

L’ambiance au sein du studio varie de département en département. Avant de venir à MPC , on m’a dit « tu verras c’est l’usine ». Je crois que c’est vrai pour un grand nombre de départements (où il y a beaucoup d’artistes) comme les FX, la Comp ou le Lighting. Mais en Techanim (où le nombre d’artistes varie entre 6 et 20), on est comme une petite famille, tout le monde s’entend bien, s’entraide et de temps en temps, l’équipe sort ensemble pour des activités (escape room, bowling, cinéma…).

IB : Comment vois-tu ton avenir professionnel ? Ton poste idéal ?

Je n’ai pas vraiment prévu quoique ce soit pour l’avenir. On verra les opportunités qui s’offrent à moi.
Mon poste idéal… j’en ai aucune idée 🙂 je suis un peu touche à tout. Et la techanim est le département le plus diversifié dans ses tâches. Donc pour l’instant je suis bien où je suis. Et j’ai quelques projets personnels à coté, pour continuer à m’entraîner dans les autres domaines.

IB : Que t’ont apporté tes études à ISART?

ISART m’a apporté de l’expérience professionnelle (cf la liste de stage), toutes les connaissances nécessaires pour faire un film, mais aussi (et surtout) les connaissances indispensables pour m’intégrer dans un studio et travailler en équipe.


Présentation aux pros de Hungry Zombie lors de la milestone 2014

IB : Un bon souvenir/une anecdote à raconter pendant tes études ?

Bizarrement, mon meilleur souvenir est pendant le rush de fin (la période où tu vis, tu manges et tu dors à ISART). Des nuits blanches passées à faire des corrections sur le film.
Au bout d’un moment, quand la machine est bien rodée, ça ne devient plus un travail mais un plaisir.

Pour revoir le Projet de fin d’Etudes de Vincent :


Crédits complets du film :
Cinéma Animation 3D : V. Chedru, L. Colin, C. Khaldi, Y. Lecryt, Y. Rousvoal, B. Vatre
Music & Sound Design : Y. Tassin, A. Pupil