Pitch My Game, un rdv du jeu indé

Issus de la formation Game Design & Programming d’ISART DIGITAL, Alexandre, Émilien et William ont décidé de créer Pitch My Game afin de mettre en avant le jeu vidéo indépendant, un secteur leur tenant à cœur.
Pitch My Game a déjà un an ! Émilien et Alexandre nous livrent son histoire et leurs impressions…

ISART BLOG : Pouvez-vous vous présenter ?

Émilien : Je suis un ancien étudiant de la formation Game Design & Programming d’Isart. J’occupe actuellement un poste de développeur au sein du studio Owlient.
Alexandre : Je suis sorti de la même promo qu’Emilien l’an passé. Depuis, j’ai fondé mon studio de développement de jeux vidéo avec deux autres anciens Game Design & Programming : SillyCat Studio. Le 3e fondateur de Pitch My Game, William, est aussi un ancien de notre promo. Il  est parti travailler à l’autre bout du monde depuis la fin de nos études. Nous répondrons à sa place !

IB : Pourquoi avoir choisi de vous former en Game Design & Programming

Émilien : Le Game Design à ISART m’intéressait. On m’a parlé de la formation Game Design & Programming qui venait d’ouvrir. Compte tenu de mes bases en programmation, j’ai été séduit par cette formation.
AlexandreLe Game Design me plaisait également, mais la perspective de créer pour les nouveaux supports tactiles m’a porté tout naturellement vers le Game Design & Programming. J’ai donc opté pour cette formation, nouvelle à l’époque.

IB: Quelles sont les particularités de cette formation ?

Émilien : A la différence d’une formation classique, la formation Game Design & Programming aborde deux disciplines complémentaires : le Game Design et la programmation. Cette approche permet aux étudiants d’être polyvalents et autonomes dans la conception de prototypes comme de jeux complets.

IB: Qu’est-ce que Pitch My GameComment est né ce concept ?

Émilien : Pitch My Game est un événement regroupant acteurs et passionnés du jeu vidéo indépendant. L’idée est venue d’Alex et William pendant notre seconde année. Nous avions l’impression que beaucoup d’événements étaient organisés dans le domaine de la programmation jeux vidéo, mais peu dans celui du jeu vidéo indépendant. Tous deux passionnés de jeu indé, ils ont décidé de créer leur propre événement et m’ont proposé de participer à son développement. Pitch My Game était né.

 

IB : Quels sont les objectifs de Pitch My Game ?

Émilien : L’objectif principal recherché, c’est de permettre aux amateurs du jeu vidéo indépendant d’avoir un rendez-vous où ils peuvent échanger, partager et rencontrer d’autres passionnés.
Alexandre : On permet à des créateurs de présenter leurs jeux devant un public de passionnés, puis d’échanger avec eux. Avoir des retours sur ce que vous faites est très important. On pense qu’un contact direct avec les joueurs est aussi un plus que nous pouvons apporter à ces développeurs.  Et bien sûr, entre les interventions, tout le monde peut faire du networking. Certains projets sont nés grâce des rencontres pendant l’événement !

IB : Quel est le public de Pitch My Game ?

Émilien : Le public de cet événement est assez large. Nous avons régulièrement des étudiants (formations au jeu vidéo ou à l’audiovisuel) et professionnels du secteur. Mais, l’événement est bien entendu ouvert à tous. Il en est de même pour les pitchs. Nous sommes toujours très heureux de découvrir de nouveaux projets. Il suffit d’avoir quelques éléments visuels, démo live ou vidéos qui viennent illustrer un concept original à présenter et nous serons ravis de vous prévoir au planning du prochain événement. Il est d’ailleurs possible, via notre site ou par mail, de nous proposer un pitch pour le prochain événement.
Alexandre : Nous avons eu des jeux à différents stades de progression lors des Pitch My Game : concept arts seulement, ou encore juste une vidéo de gameplay, voir des jeux finis (dont un lancé officiellement en live) !

 

IB : Pitch My Game a un an. Quel est votre bilan ? Etes-vous satisfait ?

Émilien : Il y a un an, nous n’aurions certainement pas pu imaginer que nous réussirions à créer un événement pérenne qui fait aujourd’hui partie de la scène indépendante française et qui rassemble une moyenne de 90 personnes par soirée, avec un pic de 115 personnes lors de la 4e édition. Soit près de 400 spectateurs différents ! Chacun de nous est satisfait du résultat. Mais, Pitch My Game pourrait être tellement plus encore. Nous avons beaucoup d’idées pour améliorer le format de l’événement et offrir une expérience toujours plus riche.

Alexandre : Nous n’étions même pas sûrs de faire une édition lorsqu’on a commencé, alors 5 ! Nous sommes évidemment satisfaits. Les retours positifs que nous recevons pendant et après chaque événement nous encouragent à continuer et à nous améliorer. La scène indé française est en plein boom, on se doit de lui faire honneur.

 

IB : Quel avenir voyez-vous pour Pitch My Game ?

Émilien : Chaque événement est un succès ponctuel, mais nous souhaitons apporter plus d’infos sur le long terme. En ce sens, nous sommes actuellement en train de revoir complètement notre site web afin de pouvoir donner une info continue sur les projets qui passent par Pitch My Game.
Nous réfléchissons également à une évolution du format de l’événement pour diversifier les interventions et les projets présentés.