Startup Weekend 2011

Jayson et William, étudiants en Game Art 1ère année et Game Design & Programming 2e année ont participé au Startup Weekend.

ISART BLOG : Bonjour, pouvez-vous nous expliquer le principe de ce week-end?

Jayson : Le Startup Weekend est un événement annuel organisé dans le but de rassembler des concepteurs et des réalisateurs venant de la France entière afin de mener à bien un projet qui serait susceptible de faire le « buzz » de demain.
Nous avons 54h pour monter un projet en le rendant crédible face à un jury qui délibérera sur le potentiel de celui-ci.
William : Tout le monde peut participer. Les « pitcheurs » présentent leurs idées, un vote limite le nombre total de projets. Suite à ça, les gens vont dans l’équipe qu’ils veulent et c’est parti pour un weekend de création !

IB : Pourquoi vouliez-vous y participer ?

Jayson : Je souhaitais véritablement participer à un projet de ce type : produire quelque chose en l’espace d’un temps très court.
William : L’idée de créer une startup me plaisait et c’était également pour me faire des contacts.

IB : Comment s’est constituée l’équipe ?

William : L’équipe s’est constituée relativement vite. Je connaissais déjà Jayson, qui a pris en charge la partie graphique et un développeur. Nous avons rencontré sur place les autres personnes membres de l’équipe : une juriste, le second développeur et un marketeu.
La juriste regardait les droits que l’on avait dans les paris virtuels pendant que les développeurs et graphiste travaillaient sur le jeu et que le marketeu organisait notre pitch final.

IB : Quel est le concept du projet ?

William : Mon projet était un petit jeu multi joueurs que l’on voulait développer en web Socket (qui permet de faire des jeux en temps réel par navigateur). Le concept était un shoot’em UP pixélisé façon Space Invader.
Jayson : Comme vous l’aurez compris, vous vous trouvez dans un environnement spatial, mais pas tout à fait comme les autres : nous avons lié cela à un concept basé sur le pixel. Chacun des deux joueurs devra tirer sur son adversaire en explosant les pixels du vaisseau un à un.

IB : Comment avez-vous présenté le projet au jury ?

Jayson : Nous l’avons présenté sous forme de powerpoint en décrivant les grandes lignes de notre projet car nous avions seulement 3 minutes pour la présentation de notre pitch : le principe du jeu, les mesures prises pour faire de celui-ci un jeu rentable et accrocheur, et enfin, quelques chiffres au sujet des projets du même type.
Le projet présenté a bien évidemment été différent de celui qu’on imaginait. Avant tout, parce qu’au niveau du code, il nous manquait des éléments afin de le faire fonctionner. Au départ, nous pensions donc avoir un prototype à présenter, mais nous avons fini par comprendre qu’un powerpoint le remplacerait.

Voici notre présentation :

IB : Quel(s) autre(s) projet(s) aimiez-vous ?

Jayson :  Je n’ai malheureusement pas trouvé de moments pour faire le tour des autres groupes avant la présentation finale. C’est donc avec étonnement que je me suis aperçu de la diversité des projets qu’il pouvait y avoir ! Site internet pour bébés, librairie de vieux bouquins en ligne, tout y était !

IB : Peut-on trouver votre jeu quelque part ?

William : Non, nulle part ^^. Je le re développerai tranquillement dans mon coin. Surement en action Script pour le coup.
Jayson : L’objectif est avant tout de rester en contact avec les personnes du groupe pour, pourquoi pas plus tard, produire quelque chose avec eux. C’est d’ailleurs cela qui est le plus intéressant dans cette aventure.Grâce à ça, un autre projet est né et fait son petit bout de chemin.

IB : En quoi est-ce important de participer à ce genre d’événement ?

William : C’est un bon entrainement. Il y a beaucoup de contrainte et il faut s’adapter aux équipes. Puis, au final, l’on peut discuter avec plein de gens qui peuvent être intéressés par vos compétences.
Jayson : On apprend une multitude de choses dans un temps réduit, que l’on soit programmeur, graphiste ou commercial. Tout s’enchaine rapidement, chacun est poussé à puiser dans ses ressources encore inexploitées.